Quand ma femme a accouché, le médecin nous a annoncé de tristes nouvelles et a suggéré de séparer l’enfant

Coin Inspo

« Je suis enceinte », a-t-elle exclamé radieuse. « Je suis tellement heureux ! » ai-je répondu en l’embrassant passionnément.

J’ai fait de mon mieux pour satisfaire ma femme et j’ai comblé tous ses désirs pendant la grossesse.

Nous avons immédiatement annoncé la bonne nouvelle à nos parents, mais mon beau-père n’était pas enthousiaste. « Faites ce que vous voulez, cela ne nous concerne pas », a-t-il déclaré.

Mais j’étais tellement excité que je n’ai pas remarqué leur réaction. La grossesse s’est déroulée sans encombre et toutes les échographies étaient bonnes.

Quand ma femme a accouché, le médecin nous a annoncé de tristes nouvelles et a suggéré de séparer l'enfant

L’accouchement de ma femme a été difficile ; elle a lutté pendant 10 heures, mais finalement, elle a donné naissance à un petit garçon.

Ma femme, épuisée, a dormi profondément après l’accouchement. Je suis resté à ses côtés jusqu’à l’arrivée du médecin.

« Félicitations pour la naissance de votre enfant. Mais je dois vous annoncer une mauvaise nouvelle. La colonne vertébrale de l’enfant a été endommagée pendant l’accouchement. Malheureusement, il y a un risque qu’il devienne invalide. Nous comprendrons si vous décidez de ne pas le garder », a déclaré le médecin avec regret.

« Comment cela a-t-il pu arriver ? Les examens étaient positifs ? » ai-je demandé. « Malheureusement, cela s’est produit, même si c’est un phénomène rare. »

Êtes-vous prêts à assumer cela pour le reste de votre vie ? Réfléchissez à ce que j’ai dit », m’a dit le médecin.

Apprenant cette nouvelle, mon beau-père a réagi immédiatement. Il a envoyé un message disant : « Ne comptez pas sur notre aide. »

Cela a été très décevant, car, à part eux, nous n’avions personne d’autre. Je n’avais pas de famille, mais c’est une autre histoire.

Quand ma femme a accouché, le médecin nous a annoncé de tristes nouvelles et a suggéré de séparer l'enfant

C’est à ce moment-là que nous avons réalisé que nous ne pouvions compter que l’un sur l’autre. C’était une chance que ma femme et moi soyons restés unis dans ces moments difficiles.

Le petit Makar était un enfant comme les autres, sauf qu’il ne pouvait ni marcher ni s’asseoir.

Un jour, alors que nous étions au parc avec lui, une dame âgée s’est approchée et nous a dit qu’elle nous compatissait et qu’elle connaissait quelqu’un qui pourrait nous aider.

Il s’est avéré qu’il y avait un village voisin où vivait une guérisseuse folklorique, et elle a dit qu’elle pourrait nous aider. Le lendemain, nous avons emmené Makar chez elle.

Un miracle s’est produit en quelques mois et notre fils a commencé à marcher.

Aujourd’hui, il est comme n’importe quel autre enfant. Makar a commencé à fréquenter la maternelle, nous l’avons inscrit à des cours de danse et il aime y participer.

Peu de temps après, mon beau-père est venu demander de l’aide pour soigner son fils, impliqué dans un accident de voiture, la même personne qui nous avait dit un jour de ne pas compter sur son aide. Ma femme a simplement dit : « Nous n’avons pas besoin de tes excuses. Tu nous as effacés de ta vie, nous et notre fils, alors maintenant, nous t’effaçons. Ne compte pas sur notre aide. »

Noter cet article
Merci de partager cette publication avec votre famille et vos amis!
Bonne Pause
Laisser un commentaire

  1. Menage

    Très beau geste

    Répondre
  2. JENNY Vandyck

    Je vous souhaite tout la bonheur du monde!BISOUS

    Répondre